La responsabilité sociétale des entreprises – également dans le domaine des TIC – figure en bonne place à l’agenda de nombreuses entreprises. Rien de surprenant lorsqu’on sait que les TIC contribuent entre 1,5 % et 2 % aux émissions mondiales de carbone. Cela est dû en grande partie aux grands centres de données, mais l’infrastructure TIC des entreprises a également une empreinte carbone qu’il ne faut pas sous-estimer. Découvrez ci-dessous le rôle que les TIC peuvent jouer dans la réduction de votre empreinte carbone.1

Les nouveaux appareils sont moins énergivores

Plus les appareils sont anciens, plus ils consomment. Faisons quelques comparaisons.

Ordinateur de bureau

Un ordinateur de bureau typique âgé de 10 ans consomme en moyenne 300 watts à pleine charge et entre 60 et 200 watts en période de veille. Un ordinateur de bureau équivalent consomme aujourd’hui en moyenne 60 watts à pleine charge et 30 watts en veille. La différence de consommation est donc significative. Faites le calcul et voyez combien de PC votre organisation possède. Vous comprendrez que la mise à niveau vers de nouveaux appareils permet de réaliser d’importantes économies. Tant en termes de consommation d’énergie que d’émissions.

Moniteur

Même chose pour les écrans. Les gros moniteurs à tube cathodique du passé étaient très énergivores. Un écran 24 pouces avec rétroéclairage CCFL consomme en moyenne 60 watts. Un écran de même taille avec éclairage LED consomme moins de 20 watts.

Imprimantes laser et copieurs

Dans cette catégorie, c’est la consommation en mode veille qui fait la différence. Les anciens modèles consomment jusqu’à 60 watts en mode veille. Les modèles plus récents ne consomment que 15 ou 35 watts et même moins de 4 watts en mode veille.

Travailler différemment

Les organisations qui renouvellent leurs TIC et optent pour des solutions plus efficaces sur le plan énergétique protègent le climat tout en réduisant leur facture énergétique. Mais les équipements TIC eux-mêmes ne sont pas les seuls à jouer un rôle. La façon dont ils travaillent a aussi son importance. Par exemple, les analystes de Carbon Trust ont calculé en 2014 qu’un employé qui travaille à domicile un jour par semaine produit en moyenne 390 kg de CO2 de moins qu’une personne qui vient au bureau tous les jours. Cela équivaut à un vol de Bruxelles à Barcelone. Le montant exact des économies réalisées dépend bien sûr de la distance entre le domicile et le lieu de travail, du moyen de transport et de l’énergie utilisée pour le chauffage et l’éclairage à domicile. Carbon Trust indique qu’il est possible de réaliser des économies de 280 kg et 700 kg d’émissions de CO2 par employé.

Le temps de télétravail obligatoire pendant la crise sanitaire a montré qu’un travail productif et de qualité peut également être effectué à la maison si les employés disposent des bons outils et des bonnes technologies. À l’avenir, 72 % des employés souhaiteraient pouvoir travailler deux jours par semaine chez eux.

Considérer le cycle complet

Bien entendu, la consommation énergétique de l’infrastructure TIC et la façon dont elle est utilisée ne sont qu’un des facteurs à prendre en compte. Toute personne souhaitant rendre l’ensemble du département TIC plus durable doit considérer le cycle de vie dans son ensemble. Pour un PC, un écran ou une imprimante, cela commence par les matières premières utilisées. Parce que la production consomme de l’eau et de l’énergie. L’emballage nécessite bien sûr des matériaux, de l’énergie et de l’eau, et la phase de transport a également une empreinte.

Les fabricants responsables prennent eux-mêmes des mesures pour réduire l’impact des phases de production, de transport, d’utilisation et de fin de vie du matériel informatique. Dès 1992, par exemple, HP a lancé son programme Design for Environment (DfE). Ce n’est pas seulement en se concentrant sur l’efficacité énergétique, l’innovation en matière de matériaux et les modèles commerciaux et de services innovants que HP est en mesure d’utiliser moins de matériaux et de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Mais aussi en utilisant des matériaux recyclés ou recyclables. Qui plus est, en avril, HP a annoncé de nouveaux objectifs ambitieux en matière d’action climatique. En voici un aperçu :

  • Rendre les activités de HP neutres en carbone et sans déchets d’ici à 2025.
  • Réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre dans la chaîne de valeur de HP d’ici à 2030.
  • Atteindre des émissions nettes de gaz nulles dans la chaîne de valeur de HP d’ici à 2040, en commençant par la division Supplies (neutre en carbone d’ici 2030).
  • Utiliser 75 % de matériaux circulaires pour les produits et les emballages d’ici à 2030.
  • Maintenir la déforestation zéro pour les emballages et le papier HP.
  • Réduire la déforestation pour le papier non HP utilisé dans nos produits et services d’impression d’ici à 2030.
1 Source https://www.sohomag.be/zo-reduceer-je-de-ecologische-voetafdruk-van-je-ict